SLT@TOUS! ici mansonic, nous venons d'inflitrer la base des contrée-noiriens!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SLT@TOUS! ici mansonic, nous venons d'inflitrer la base des contrée-noiriens!

Message par Invité le Dim 26 Avr - 14:11

Bon ben salut les gens, je me joins à vous sur ce forum!

moi c'est Philippe aka Philou pour les intimes aka mansonic pour les hordiens!

débuté ma vraie ville par la contrée noire, dans une coa avec guyad notamment. je lui dois d'etre avec vous et avec les Ani encielé dans l'arène rude!

et j'suis ici pour les coordinations pour futures villes!

merci et portez vous bien!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: SLT@TOUS! ici mansonic, nous venons d'inflitrer la base des contrée-noiriens!

Message par Invité le Jeu 30 Avr - 20:46

Manso, je viens justement de retrouvé le texte de la ville où l'on s'est rencontré avec Alucard, Tigre et Ascoli:
L’expédition de la dernière chance

Depuis quelques jours, Alucard, le chef de chantier, nous presse de trouver des vis pour son projet de Fausse Ville. Il nous avait dit en riant : « Avec ça les zombies ne sauront plus où donner de la tête, du moins ce qu’il leur en reste. »

L’expédition d'hier nous a permis de ramener une poignée de vis, mais il nous en manque encore quelques-unes.
Malheureusement, nous avons utilisé nos dernières bombes à eau au cours de cette expédition. L’abri anti-atomique que nous avons trouvé était rempli de zombies, nos bombes ont à peine suffit à les repousser. D’ailleurs ce souvenir ne nous encourage pas à repartir dans le désert, encore moins sans arme de destruction massive.
Mais il faut absolument ramener des vis. Les zombies des villes voisines vont bientôt arriver, et la Fausse ville est notre seule solution.

Nous sommes en pleine préparation de l’expédition quand Alucard vient nous donner la tondeuse à gazon réparée par Tigre. C’est une arme fantastique contre les zombies, mais
j’ai un mauvais souvenir avec cette tondeuse. Elle s’est cassé en broyant un zombie à sa première utilisation, ma malchance m’a poursuivi jusqu’ici.
Je préfère donc la confier à Ascoli. Celui-ci, ayant eu vent de mon aventure avec la tondeuse, décide de prendre le kit de bricolage. Ainsi nous pourrions la réparer si un zombie un peu trop coriace la cassait.
« On va tondre du zombie ! » S’écrie Ascoli, un sourire aux lèvres.
Mansonic prend le coupe-coupe, parfait pour se frayer un chemin dans une jungle de zombies. Il emporte également la bombe pulvérine qui permet de s’enfuir quand les zombies sont vraiment trop nombreux.
Je décide de prendre l’ouvre boite, ce qui étonne mes compagnons. Mais nous avons largement de quoi nous défendre, et l’ouvre-boîte nous permettra d’ouvrir ce que nous trouverons. Et au pire, il peut ouvrir le crâne d’un zombie.
Nous prenons de l’eau, de la nourriture et même des drogues. L’expédition est fin prête, nous partirons juste après l’attaque.

Juste avant notre départ, nous lançons un avertissement aux habitants de la ville « Ne sortez pas, les zombies sont trop nombreux dehors ! »
L’expédition de la veille nous a marqués, mais nous avons de quoi affronter une armée.
Nous commençons par nous diriger vers l’ouest. Sur notre route nous ne rencontrons aucun zombie, il faut dire que dans cette zone nous n’en avions jamais vu. Notre route aboutit à une paroi rocheuse infranchissable. Au sud, un rayon de lune se reflète dans ce qui pourrait être une fenêtre. Nous décidons d’aller voir ce qui trouve là bas, même si la peur d’y trouver une horde de zombies nous tord le ventre.
Mais, une fois de plus, il n’y a aucun zombie sur notre route. Nous arrivons à la source du reflet : la poignée métallique d’un réfrigérateur d’étudiant qui traînait là. Nous sommes déçus de ne pas trouver de bâtiment.

Mansonic, se met à hurler « DES VIS, DES VIIISSS !!! »
Ascoli et moi lâchons les objets que nous tenions pour nous précipiter sur Mansonic tel des joueurs de foot du temps passé.

En retournant chercher les objets que j’ai laissés tomber, je trébuche sur un objet qui dépassait à peine du sol. Je le déterre, c’est une boîte métallique, mais la rouille empêche son ouverture. Je sors l’ouvre boîte que je gardais dans mon sac, pour essayer de l’ouvrir telle une conserve. Mes compagnons, me voyant procéder, éclatent de rire. Rire contagieux, je finis de découper la boîte les larmes aux yeux. J’y trouve un tube de cuivre, c’est toujours ça.

Nous récupérons nos affaires, l’euphorie de notre découverte est remplacée par la crainte du retour. Nous nous mettons en route vers la ville. Contrairement à nos craintes, nous ne croisons aucun zombie. Cela nous intrigue. Ascoli plaisante en nous expliquant que les zombies ont pris peur en nous voyant arriver. Nous éclatons de rire.
En approchant de la ville, nous apercevons les zombies regroupés autour de celle-ci. Nous rappelant qu’un zombie ne ressent rien, si ce n’est la faim.
Nous nous frayons un chemin pour nous retrouver enfin en ville.

Maintenant, tous les habitants sont sur le chantier à y mettre le peu de force qu’ils leurs restent, en espérant finir la fausse ville avant la prochaine attaque.
Ca s'est joué à quelques PA, mais nous n'avons pas pu finir la fausse ville et la plupart des habitants sont mort ce soir là.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum