Drakhys à la ferme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Drakhys à la ferme

Message par Invité le Sam 11 Déc - 21:16

Bon voilà, j'ai encore perdue au poker et Wazaaman m'a donné comme gage d'écrire un texte avec 30 cris d'animaux différant... Alors le voilà... Bonne lecture xD

--------------------------------------------------------------------------

Drakhys à la ferme

Il était une fois, une gentille et jolie jeune fille qui aimait les animaux. Un jour elle alla à la ferme pour saluer son ami Wazaaman le fermier. Pour ce rendre à la ferme, elle traversa la forêt. Une alouette croisa son chemin. « Bonjour dame alouette » interpela la jeune fille. L’alouette grisolla comme pour lui réponde. La jeune fille continua son chemin d’un pas léger accompagné par le bramement d’un cerf. Elle pu observer une ruche d’abeilles en pleines activité. Celle-ci bourdonnaient tellement que ça se répercutait dans toute la forêt. Drakhys se mis à chanter guillerettement tout au long du chemin. Tout à sa bonne humeur elle faillit poser le pied sur une bécasse. Cette dernière émie de forts coucouannements pour signaler son mécontentement avant de disparaitre la tête haute.

Finalement, après tant de rencontres incongrues, la jeune fille arriva en vu de la ferme. Déjà elle pouvait entendre l’agneau bêler tandis qu’un bélier lui répondait en blatérant comme si il lui faisait une remontrance. Le troupeau de bœufs juste à la sortie de la forêt beuglait joyeusement pour saluer la nouvelle arrivante. Drakhys avança sur le chemin. Tutus vint à sa rencontre et commença à lui miauler en se frottant au bas de ses jambes. La jeune fille pris le chat dans ses bras et l’embrassa entre les deux oreilles. Tutus se mit à ronronner bruyamment. Elle passa devant l’écurie où les chevaux et juments hennirent de bonheur à sa présence. Elle leur offrit une carotte chacun et s’en alla Tutus sur les talons. Entre les écuries et le bâtiment, où Wazaaman le fermier gardait la nourriture pour tout ce petit monde, se situait la marre aux canards. Un jour le fermier avait confié qu’il se sentait étonnamment proche de ses canards. Alors Drakhys intriguée venait souvent regarder les canards dans leur marre. Au bout d’un temps ils s’étaient habitués comme tous les animaux de la ferme et ils cancanèrent joyeusement en agitant les ailes. Drakhys sourit et leur lança des Pitchs pour les nourrir (xD).

Quelques crapauds reçurent des éclaboussures d’eau et se mire à coasser avant de plonger dans l’eau. Drakhys, amusée, sourie et pensa que la ferme regorgeait de vies en pleines ébullition. Soudain, émergeant de derrière les roseaux un magnifique cygne d’une blancheur immaculé glissa sur l’eau. Il inclina la tête et la redressa en drensitant. Surprise, la jeune fille sursauta. Perdu dans la contemplation de cygne, Drakhys fut interpelée par le grouinement des cochons. Elle préféra les éviter pour aujourd’hui.

Drakhys alla à la basse coure saluer les poules qui cagnettaient, le coq qui coquelinait, les colombes qui roucoulaient. Parmi tout ce beau monde, deux oiseaux ce détachaient des autres. Un magnifique dindon bien gras qui mêlait son glouglou au reste du chant ainsi qu’un sublime paon dont la traine de plumes laissait présager une roue d’une beauté extraordinaire. D’ailleurs, la jeune fille put par chance l’admirer. En effet, le paon émit braillement sonore et déployât sa splendide queue. Emerveillée par le spectacle, Drakhys n’entendit pas Wazaaman qui arrivait dans son dos. « Ah ! Tiens ! V’là la p’tite donzelle de la ville !! » La jeune fille sauta au cou du fermier et lui colla deux gros bisous, un pour chaque joues. « Aller viens, j’vais te raconter des histoires. » En effet à chaque fois que Drakhys venait visiter le fermier, il lui racontait des histoires toute plus invraisemblables les unes que les autres. Ils entrèrent dans la maison du fermier. La jeune fille s’assit à sa place favorite et attendit patiemment que le récit commence. Le fermier s’assit en face d’elle et avant qu’il n’est pu prononcer le moindre mot, une loutre époustouflante de beauté lui sauta sur les genoux en poussant des petits sifflement joyeux. Drakhys tendis la main et caressa la fourrure de la loutre. « Bonjour Bianca, tu es rayonnante aujourd’hui ! » Wazaaman regarda tendrement sa loutre, puis il commença son récit.

« Alors que j’étais partit faire mon service militaire, je me suis retrouvé avec deux autre clanpins au milieu des bois. Notre supérieur nous avait indiqué de camper a cet endroit après avoir marché pendant des heures. J’étais avec un certain Valron et un autre dont je me souviens plus le nom mais bref on s’en fout. Ce Valron d’ailleurs avait planté sa tente sur une fourmilière, qu’est-ce qu’on avait rigolé… Alors que la nuit tombait et que les grillons commençaient à crisser bruyamment comme pour faire taire le hululement de la chouette, on a commencé à entendre un bruit bizarre. Et je ne parle pas de Valron qui avait foutu la moitié de sa ration de bouffe par terre… D’un coup, un sanglier est sortit de nulle part et s’est jeté sur la ration de notre Valron en grommelant. Après avoir engloutit son repas et visiblement encore affamé, la bête de jeta sur Valron comme un taureau mugissant sur son toréador. Nous on s’était réfugié dans un arbre tu penses bien, mais ce Valron là c’est un taré, il à affronté le Sanglier. Il nous a raconté qu’il avait fini par le bouffer… » Wazaaman fit une pause dans son récit. Drakhys captivée par le récit du fermier caressait négligemment Tutus qui s’était installé sur ces genoux. Le jacassement des perruches dans leur cage envahissait la pièce. Du coin de l’œil Drakhys remarqua du mouvement. Elle tourna la tête et aperçu un écureuil complètement exciter qui faisait le tour de sa cage à fond la gomme. Il n’arrêtait pas de râler. Drakhys curieuse comme une marmotte s’approcha pour mieux l’observé. L’animal ce mit alors à rugir tel un lion. Le fermier donna un coup de poing dans la cage "KassNoisette ça suffit!!!".

Alors que Drakhys reculait, désorientée par la réaction agressive de cet écureuil, des coups résonnèrent à la porte de Wazaaman. Le fermier ouvrir la porte, un homme entra tenant un pauvre lièvre par les oreilles. Le pauvre s’époumonait et couinait à plus en pouvoir. « Ah ! Tiens ! Qui c’est que v’là ? C’est mon bon Madwax ! Qu’est ce que tu nous amènes là ? » Le fermier s’exprimait toujours de façon joviale Malgré son apparence d’ours grognant. Les hommes parlèrent et s’éclaffèrent rappelant à Drakhys le barbarouffement du lamantin. Au bout de plusieurs de rigolade, la jeune fille salua les deux hommes et rentra chez elle en compagnie des rigotements des pinsons.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum